Etre militante nationaliste

Qu’est-ce qu’une militante ? A quoi reconnait-on une militante nationaliste ?

C’est une personne qui, de par sa tenue, ses propos, son exemple impose le respect.

IMG_5607

Une militante nationaliste est tout d’abord au service de son pays, au service d’une doctrine naturelle basée sur des faits intangibles et irréfutables.

Une militante a pour devoir de se former en permanence, donc d’assister aux réunions organisées par l’autorité dont elle dépend directement, d’apprendre, de lire…

Une militante vit selon la doctrine qu’elle a choisi de servir, il ne peut y avoir la vie d’un côté et la doctrine de l’autre. Les deux sont intimement liées entre elles.

Le militantisme n’est pas un passe-temps, ni une activité d’occupation passagère, c’est un choix de vie fait de joies, de difficultés, de bonheur et de peine. C’est le don de soi poussé à son paroxysme. C’est mettre sa vie au bout de ses idées.

Il ne peut y avoir de demi-militante, de militantisme à moitié.

Se former, chercher sans cesse, analyser les faits et l’actualité, partager son expérience, ses connaissances et ses compétences, vivre pleinement ce que nous sommes, le ressentir dans nos tripes et l’exprimer par notre exemple. Droiture, honnêteté, courage, sacrifice, combat, victoire.

Il y a deux verbes très importants qui définissent le militant : Obéir et Servir

Il y a un mot très important et si dur pourtant à faire sien : Humilité

-La militante nationaliste ne se met pas en avant, elle n’étale pas sa science ou ses exploits, elle ne cherche pas les honneurs, elle ne cherche pas la reconnaissance, elle milite.

-La militante nationaliste est au service du combat que nous menons, elle est au service de la France, là et là seul est son orgueil, elle ne doit pas attendre d’autres récompense que celle de savoir qu’elle sert la France.

Servir

Le plus mot de la langue française, si riche de sens et si mal aimé pourtant.

Servir, le pire pour un individu est de se sentir inutile, le sentiment de ne servir à rien et à personne.

Ce sentiment d’inutilité tue chaque année, le suicide ou les tentatives de suicide sont souvent le résultat d’une constatation violente de l’inutilité d’une vie. La perte des valeurs, de la morale sont des facteurs de désorientation réels ainsi que l’individualisme de notre société sont aussi responsables de ce sentiment de vide et d’une vie inutile.

Ne servir à rien quelle horreur. 

Servir est le sens même de notre engagement, c’est notre titre de noblesse puisque nous servons la France et le peuple français.

Militer est donc servir, c’est donner à sa vie une dimension si grande qu’elle donne le tournis à nos ennemis qui se complaisent dans la médiocrité d’une vie faite d’intérêts personnels et de mesquineries. Excepté Dieu, qui a-t-il de plus grand que servir la France ? Rien.

Ce qui n’est pas nous considère que servir est avilissant, dégradant, ce qui n’est pas nous parle de corvée et de soumission, ce qui n’est pas nous n’a rien compris, rien appris de nos ainés.

« Ma vie est au service de mon pays », voici ce que chaque militant nationaliste se dit chaque jour, que vais-je faire pour le servir aujourd’hui ? », « L’ai-je bien servi aujourd’hui ? »

Mais servir, c’est quoi ?

Se mettre à la disposition d’autrui pour l’aider sans rien attendre en retour.

Faire plaisir à autrui en le soulageant de contraintes sans rien attendre en retour

Offrir son temps, son énergie, sa sueur et son sang pour servir une cause sans rien attendre en retour.

Servir, c’est le don gratuit de soi pour autre chose que soi.

-Une militante nationaliste sert la France en servant la doctrine, en servant son mouvement, son groupe, sa section sans attendre de récompense.

-Servir est l’acte le plus désintéressé qui soit, c’est pour cela qu’il réclame une grandeur d’âme, d’esprit et de cœur.

-Codreanu insiste sur le service dans les Commandements du légionnaire, Primo de Rivera en fait une impérative nécessité, le Maréchal en a montré l’exemple.

-Nous, filles et femmes nationalistes servons notre pays sans rien attendre de lui en retour, puisque notre service est un remerciement à ce que la France a fait pour nous par le simple fait d’être né Français.

-L’humilité n’est pas la soumission mais l’état d’esprit normal du vrai combattant.

-L’obéissance n’est pas la soumission à autrui mais la reconnaissance et le respect dû à une autorité clairement acceptée et choisie.

Nous servons la France dans l’humble obéissance à la doctrine nationaliste. Tout autre comportement n’est pas et ne peut être considéré comme nationaliste.

Il ne saurait être question de copinage et d’ambition personnelle dans ce combat, trop souvent les gens confondent amitié et copinage en politique… ce qui est nuisible et contre-productif. L’ambition personnelle mène souvent à des désillusions cruelles et sont l’antithèse du combat collectif que nous menons.

Les ego n’ont rien à faire en politique et encore moins dans le combat nationaliste, les mots ‘JE’, ‘MOI’ ‘MOI JE’ n’existent pas chez nous. Même si certains en usent malheureusement ceci n’est pas nationaliste, l’individu est important dans l’intérêt du groupe, seul, il est inutile au combat que nous menons.

« Que fleurisse notre joie, FIDÈLES AU POSTE »