Hommage à Robert Brasillach le 4 février 2017.

8 Fév

Le samedi 4 février 2017, comme chaque année, les Caryatides ont répondu « présentes » à l’appel du Cercle Franco Hispanique, pour rendre hommage à Robert Brasillach, assassiné sur ordre du traitre De Gaulle le 6 février 1945, et qui repose dans le cimetière de Charonne, attenant à l’église St Germain de Charonne dans le XXe arrondissement de Paris.

Une centaine de personnes, dont de nombreux militants du parti Nationaliste Français, étaient présents pour renouveler leur fidélité à Robert Brasillach, ainsi qu’aux vingt-deux français non reniés, abattus par les gardiens de la république le 6 février 1934.

La présidente du Cercle Franco Hispanique, Hélène Grimaldi, a prononcé un discours retranscrit ci-après, à l’issue duquel les Caryatides déposèrent une gerbe de fleurs sur la tombe de Robert Brasillach :

« Chers amis,

Comme chaque année, nous sommes réunis ici, dans ce cimetière à dimension humaine qui respire la quiétude et la modestie parce que « chaque âge a sa beauté et que cette beauté doit toujours être une liberté ».

Nous avons comme devoir de ne jamais oublier la première semaine de février 1945.

Quand Maître Isorni est venu apprendre à Robert Brasillach que son recours en grâce avait été rejeté par De Gaulle, il lui dira que des « milliers de gens sont avec lui et lui demeurent fidèles », Robert Brasillach répondra : « Je sais ».

Plus de soixante-dix ans après ce « Je sais », notre présence ici est le maigre témoignage de respect et de fidélité que nous lui offrons.

Nous sommes ici pour garder en mémoire ce « Je sais » comme un cri collectif d’Amour et d’Espérance pour la France, en souvenir fidèle à un martyr et aussi en témoignage d’adhésion à Celui qui savais, celui qui a donné sa vie pour la nôtre en disant « Pardonne leur, ils ne savent pas ce qu’ils font ».

N’oublions jamais que l’extrême difficulté de notre mission politique est une épreuve à la hauteur de nos ambitions, toutes au service de la Patrie, que Jose Antonio Primo de Rivera a définit comme une Unité de destin dans l’Universel.

« Vers l’avenir, fidèles au passé » chantons-nous.

Sans nous, sans notre extrémisme qui n’a d’extrémisme que notre rigueur et notre fidélité, le nationalisme ne serait plus digne du sacrifice de Robert Brasillach. Il aurait perdu son contenu historique et empiriste pour se fondre dans un contenu populiste.

Nous élevons la voix comme l’a fait Robert Brasillach contre ceux qui par démagogie rabaisse notre peuple à des discours populaciers, des formules vides, mensongères et irréelles.

N’oublions pas comme disait Robert Brasillach que « nous n’avons pas à renier le 6 février. Chaque année, nous allons porter des violettes place de la Concorde devant cette fontaine devenue cénotaphe en souvenir de nos morts. Chaque année la foule diminue, parce que les patriotes français sont oublieux par nature. Seuls les Révolutionnaires ont compris le sens des mythes et des cérémonies. Mais le 6 février fut un mauvais complot, ce fut une suite de sacrifices qui reste dans notre souvenir avec son odeur, son vent froid, ses pales figures courantes, ses groupes humains au bord des trottoirs, son Espérance invincible d’une révolution nationale, la naissance exacte du nationalisme social de notre pays ».

La cérémonie s’acheva par le chant d’hommage à nos morts La cavalcade.

A la suite de l’hommage à Robert Brasillach, les Caryatides se sont rendues au cimetière du Père Lachaise avec les militants du parti Nationaliste Français, pour commémorer le journaliste et écrivain Edouard Drumont, auteur de la France Juive, mort un siècle plus tôt, le 3 février 1917.

Une messe pour Robert Brasillach s’est tenue en fin de matinée dans une chapelle parisienne, suivie d’un déjeuné au restaurant, où s’exprimèrent notamment André Gandillon, secrétaire général du parti Nationaliste Français, et Pierre Sidos, fondateur de l’Oeuvre Française, chef du nationalisme en France.

C’est dans le souvenir et dans l’espérance que s’acheva cette importante journée pour les Caryatides et les militants nationalistes.

Que fleurisse notre joie, fidèles au poste !

IMG_ floue     IMG_2017-02-07 floue IMG_2017-02-07 13:54:10             IMG_2017-02-07 13:52:43

Comments are closed.