Exigeons le retrait de la réforme du collège et de celle des programmes !

12 Mai

Chers amis,

Au nom d’une idéologie « égalitariste » et d’une lutte assumée contre toutes formes d’ « élitisme », le chantier de la réforme du collège, conduit par Najat Vallaud-Belkacem, s’est transformé en véritable entreprise de démolition. Toutes les initiatives et les expériences qui permettaient aux collégiens de suivre des voies d’excellence comme les classes européennes ou celles bi-langues vont être supprimées.
Quant à l’enseignement des langues anciennes (latin et grec), il est réduit à une portion tellement congrue que son existence, à très court terme, est réellement menacée.

Cette réforme va conduire à renforcer le moule unique du collège alors qu’au contraire, pour répondre à l’échec massif des élèves français (20 % maîtrisent mal la lecture à la sortie du collège), il aurait fallu proposer une plus grande diversification et personnalisation des parcours.
Si l’architecture de la réforme du collège est mauvaise, le contenu des futurs programmes scolaires l’est plus encore.
Ces projets de programmes marquent le grand retour desayatollahs du « pédagogisme » et de leur jargon. Ce n’est pas une réforme ; c’est un retour en arrière tant on retrouve dans ces « nouveaux programmes » les formules ampoulées et les concepts fumeux issus de la « pensée 68 ». Cette novlangue pédagogiste, au-delà de sa totale déconnexion vis-à-vis de la réalité, empêche les parents de comprendre ce que les enseignants attendent réellement de leurs enfants. Cela risque de renforcer le divorce entre les parents et l’école, au moment où il aurait fallu, au contraire, tout faire pour rapprocher ces deux mondes.

 

reforme college

Quant au contenu des programmes, c’est le ménage par le vide.

En Français, les enseignements de la grammaire et de l’orthographe passent à la trappe pour être remplacés par « l’étude de la langue » et « la vigilance orthographique ».  Quant aux classiques de la littérature et à leurs auteurs, il n’en est fait nullement mention. Totalement oubliés !
En Histoire, les programmes ont été écrits avec une gomme. Il ne reste plus que des trous et des impasses sur de grandes périodes de l’Histoire de France. Les programmes de 2008 pour l’Histoire au collège, consacraient plus de 40 pages à définir les notions et les dates à enseigner. Désormais tout cela tient dans un tableau d’une seule page ! Plus grave, ce sont les pages les plus sombres (esclavage, colonisation, …) qui sont mises à l’honneur, le ministère sacrifiant ainsi la mode funeste de la repentance.
Pour chaque matière, on pourrait faire ce constat dramatique. Partout des voix, intellectuels (Régis Debray, Pascal Bruckner, Alain Finkielkraut, Luc Ferry, …), responsables politiques de tous bords, enseignants de terrain, dénoncent cette casse du collège et l’abandon de la transmission des savoirs.

Les Caryatides

Comments are closed.