Discours d’ANNE DUPIN pour la IV° fête des Patriotes : « Halte à l’invasion, foutons les dehors »

16 Mar

La nation avant vos migrants 6Les Caryatides, femmes dans le combat nationaliste

« Il faut croire en la victoire » ! Ce n’est pas nous qui le disons, c’est Yvan Benedetti, ici présent, dans un article paru dans cet excellent journal qu’est Rivarol et qui a été édité sous forme de brochure.

Mais de quelle victoire s’agit-il ?
Il s’agit de celle que nous voulons dans le cadre du combat nationaliste
et dans lequel chacun a sa part de conquête.

Chacun, à condition d’être organisé, structuré et en cohérence car « sans cohérence – comme le dit Pierre Sidos – rien ne se fonde, rien ne dure ».

Pour en revenir au combat nationaliste, force est de constater – que depuis que notre pays est asservit aux puissances de l’argent – les crises économiques ont une grande part de responsabilité dans les décisions qui sont prises et ce, au détriment de l’intérêt national.

Pourquoi, comment ? Parce qu’une crise économique, cela correspond comme son nom l’indique, à une dégradation de la situation économique et que cette dégradation entraine forcément des répercussions sur le niveau des salaires, peut provoquer des faillites, elle créée du chômage et porte ainsi atteinte aux familles.
Mais elles ont bon dos ces crises !
Car en réalité ce qu’on observe en balayant l’histoire de la république française et de ses péripéties frauduleuses c’est qu’elles ne sont que le paravent d’une destruction programmée de notre civilisation ET CELA, cette destruction voulue et recherchée, passe par l’éradication totale des structures sociales.

Il suffit de lire l’ennemi pour savoir à quoi s’en tenir.

Jacques Julliard, journaliste au Nouvel Obs puis à Marianne écrivait il y n’y a pas si longtemps
« Ce n’est pas dans la lutte des classes que la gauche révolutionnaire arrivera au pouvoir mais par le biais d’une activité culturelle et en éradiquant par tous les moyens appropriés les notions de patrie, de famille et de religion, piliers de la civilisation occidentale. L’immigration sans limites est aujourd’hui le moyen le plus sûr, le plus puissant et le plus efficace de parvenir rapidement à nos fins. »

L’immigration, ce fléau si intensif que Raspail, Zemmour, Houellbecq qualifient de « grand remplacement » : nous n’en voulons pas

Nous n’acceptons pas que l’ONU nous recommande une importation annuelle d’immigrés en Europe estimée à 4 millions et demi en 1999 et portée à 13 millions et demi en 2005 !
Nous ne sommes pas d’accord avec la régularisation des clandestins, la construction des mosquées, et demain le versement d’une prime complémentaire d’une valeur de 550 euros par mois pour les retraités Tunisiens résidant en France !
(Cf la nouvelle loi publiée le 8 mars dernier donnant la nationalité française à leur majorité aux personnes étrangères vivant sur le territoire depuis l’âge de 6 ans ou ayant un frère ou une sœur)
La restructuration sociale programmée dispose de « produits dérivés » :
Elle utilise l’humain comme monnaie d’échange (en monnaie mondialiste tant qu’à faire !)
elle achète une main d’œuvre étrangère
elle marie entre eux des individus de même sexe
elle manipule l’information, voyez comme elle sait faire pleurer dans les chaumières quand un accident de car entraine la mort de 17 personnes (et c’est vrai que c’est triste) mais qui pleure sur les centaines de milliers d’enfants qu’on assassine dans le ventre de leur mère ?
(304 bébés viennent d’être sauvés dans 273 villes aux Etats Unis= dans le Monde grâce à une grande campagne menée dans le cadre du Carême, 24 h / 24 banderoles déployées devant les avortoirs ; 273 villes)
Cette restructuration sociale prévoit dans son bagage mortifère d’ajouter une loi autorisant l’euthanasie.
Il faut savoir que ce sont les Pays Bas qui sont le premier pays au monde à avoir légalisé l’euthanasie (en 2001) et qu’ils prévoient aujourd’hui une extension de la loi aux enfants de moins de 12 ans ;
En Belgique, on pratique depuis 2002 le « le suicide assisté » et depuis 2014, cette pratique est étendue aux mineurs.
Voilà ce qui nous attend dans le pays des droits de l’homme !
En France, il aura fallu que ce soit une sénatrice écologiste qui relance le débat en déposant (en 2013) un projet de loi sur la
« fin de vie digne ».
Parce que les autres, eux, ne meurent pas dignement ?
« Tout désespoir en politique est une sottise absolue » disait Charles Maurras
Si nous avons présenté ici le constat de cette décadence orchestrée par des traites à la Patrie, des ennemis de la Nation qui ont vendu leur gouvernance aux multinationales c’est pour affirmer que dans le combat nationaliste, les femmes ont toute leur place.
Elles ne seront pas de trop pour prendre le contrepied du mondialisme et de ses conséquences, placer leurs efforts dans le ré enracinement des valeurs nationales et participer ainsi à la renaissance de la Nation.

Les femmes ont une mission irremplaçable au sein de la société.
Il y en a eu qui se sont particulièrement bien illustrées comme
nos reines : Blanche de Castille, Anne de Bretagne et bien d’autres
et bien sûr notre héroïne Jeanne d’Arc à qui d’ailleurs, nous allons bientôt rendre hommage en défilant NOUS ! et non pas en installant nos fesses sur une chaise en attendant qu’on vienne nous servir peut être du poulet halal pour être sûr que le menu conviennent à tous ces nouveaux invités d’un nouveau genre au festin de Marine.

Eva Péron Cf 1919 – 1952 / activité sociale. Fondation d’aide aux plus démunis. Hôpitaux. Ecoles. Vacances. Sport. Bourses. logement
Pilar Primo de Rivera CF sections féminines de 1934 à 1977. 700 000
Geneviève de Galard « L’ange de Dien Bien Phu »
Isabelle La Catholique,
etc
Plus proche dans le temps, il y a actuellement en Allemagne une femme qui s’appelle Ricarda Riefling (1983) , qui est mariée, mère de quatre enfants, qui est aussi l’un des membres les plus haut placés du NPD et qui se bat pour sauver l’Allemagne des périls que représentent les étrangers, la dénatalité et la décadence ». (le NPD compte 30% de militantes)
Voici ce qu’elle dit :
“Nous aussi nous voulons déranger en tant que représentantes et porte-voix du peuple allemand. Nous voulons faire partie intégrante de la société » car le Nationalisme est l’affaire de tous, hommes et femmes”

Quand elles sont organisées, structurées, les femmes ont prouvé leur efficacité dans le combat. On ne manque pas d’exemples. Les plus fameux à mes yeux sont :
Les « brigades féminines saintes Jeanne d’ Arc » qui furent de véritables héroïnes dans la guerre des Cristeros, au Mexique (1926 à 1929),
Et puis bien sûr, les sections féminines de la Phalange en Espagne, dirigées par Pilar Primo de Rivera, sœur de Jose Antonio. Ces sections furent l’une des organisations féminines de masse les plus organisées de l’histoire (1934 / 1975).
En France aussi, il y a eu des femmes ont su s’organiser et porter secours au bon moment.
Dès les années 1902, il y eu L’union des femmes de France qui ont collaboré aux côtés de la Ligue des patriotes, le « Comité des dames (royalistes) également avec à leur tête la marquise de Mac Mahon et la Comtesse de Courville qui avaient une activité « de propagande et de charité » mais qui ont été aussi les grandes organisatrices de manifestations. Et puis il y a eu les Jeunes filles royalistes de L’Action française qui elles aussi se sont dévouées.
En France, il existe plusieurs mouvements, rassemblements, associations de femmes : j’ai pris le parti de vous en citer quelques-uns, proches de notre mouvance pour vous montrer l’intérêt et la qualité des Caryatides. Il y a notamment
Belle et Rebelle qui prône « un féminisme identitaire pour les femmes normales »
Les Antigones constituée en association contre les Femen, qui se disent « sans subordination partisane ou confessionnelle »

Ce qui différencie les Caryatides de tous ces autres rassemblements
C’est leur attachement à la doctrine nationaliste
Organisées depuis 2013 autour des principes que sont l’Ordre et la Hiérarchie,
Les caryatides sont une structure complémentaire dans une totalité indissociable du PNF.

Qui sont-elles ? Ce sont des jeunes filles, des femmes, des mères de tous milieux sociaux, de tous horizons qui œuvrent pour contribuer à la renaissance de la France.

Que font-elles ? Elles ont pour principale mission la Défense de la famille parce que comme le disait le Maréchal Pétain « L’individu n’existe que par la famille, la société, la patrie »

Elles sont engagées aux côtés du PNF dans la lutte contre la répression et il y a de quoi faire ! car même Boris Johnson, le maire de Londres l’a dit « Depuis 1789, il n’y a jamais eu autant de tyrannie en France »
Et à l’instar d’Eva Peron, Pilar Primo de Rivera et bien d’autres grandes figures féminines, les Caryatides sont également impliquées dans le social.
N’en déplaise à M Julliard, les Caryatides sont attachées à leur patrie, à la famille et à leur religion et c’est pour cela qu’elles sont engagées dans la lutte pour la défense de notre Nation!
Elles sont donc tout naturellement unies à la doctrine nationaliste incarnée dans le Parti Nationaliste Français et son président André Gandillon
Elles considèrent que leurs activités militantes sont comme le prolongement de leur vocation naturelle de mère et d’éducatrice.
Nous considérons que chaque Caryatide est une ambassadrice de la doctrine nationaliste.
Une caryatide s’instruit pour vaincre (contrairement à Anne Hidalgo qui accuse le FN d’avoir collaboré aux côtés des Nazis pendant la dernière guerre ou encore Carole Delga, porte-parole au PS du Languedoc Roussillon qui reproche au siècle de Louis XIV de n’avoir pas respecté les valeurs républicaines)
Une caryatide transmet les valeurs nationales de génération en génération
Une caryatide croie en la résurgence du nationalisme et en la victoire
Une caryatide se dévoue pour rendre cet avenir possible et glorieux

Une caryatide n’oublie pas ce que Pilar primo de Rivera disait aux sections féminines
« Ce que nous ne ferons jamais c’est de nous mettre en compétition avec les hommes parce que nous n’atteindrons jamais l’égalité avec eux et au contraire, nous perdrons toute l’élégance et la grâce indispensables pour une vie harmonieuse ensemble »

Et maintenant, je vais demander aux Caryatides de venir
Pour partager avec elles cette si belle maxime de celui qui a fait le don de sa personne à la France,
« Le plaisir abaisse, la joie élève.
Le plaisir affaiblit, la joie rend fort »

C’est pour cela que le cri de ralliement des Caryatides est :
Que Fleurisse Notre Joie Fidèle Au Poste !photo 2(5)

Comments are closed.