Deux poids et deux mesures !

12 Avr

Une infirmière tueuse arrêtée en Italie :

Afficher l'image d'origine
Mercredi 30 mars, la police italienne a arrêté une infirmière de 56 ans qui est soupçonnée d’avoir assassiné 13 patients de l’hôpital où elle travaillait depuis 2014. L’infirmière aurait tué les personnes qui étaient toutes dans des états graves mais non agonisantes, en leur administrant une forte dose d’anticoagulant. Les enquêteurs sont remontés jusqu’à elle grâce aux statistiques de décès anormales pour cet hôpital alors qu’elle était la seule personne présente dans tous les cas de morts suspectes.
En Italie les « anges de la mort » (ces personnes déviantes appartenant souvent au personnel médical qui s’arrogent le droit de tuer « au nom des souffrances des patients ») sont souvent justement et lourdement condamnées. Ainsi il y a quelques semaines, une infirmière arrêtée en octobre 2014 pour l’assassinat de près de 40 patients dans son service, Daniela Poggiali, a été condamnée à la prison à perpétuité par la cour d’assises de Ravenne.

Au contraire, en France où la culture de mort est plus avancée, une dangereuse quasi-impunité s’est installée ces dernières années à l’égard de ces assassins :
– en 1988, l’infirmière Malèvre est condamnée à 12 ans (elle en fera 4) pour avoir tué 6 patients.
– en 2003 le docteur Tramois prescrit une injection létale à une patiente de 65 ans en phase terminale. Elle est condamnée pour empoisonnement à un an de prison avec sursis.
– en 2004, le docteur Chaussoy de Berck injecte une dose de potassium mortelle à Vincent Lambert. Il est acquitté.
– en 2015, le docteur Bonnemaison est condamné aux assises à 2 ans de prison avec sursis pour avoir tué 7 patients en fin de vie.

Comments are closed.