10 Mai – Paris – les Caryatides aux côtés de Civitas pour rendre hommage à Ste Jeanne d’Arc

21 Mai

 L’après-midi du dimanche 10 mai, s’est tenu le traditionnel défilé de CIVITAS en hommage à Ste Jeanne d’Arc

Affichage de 864361.jpg en cours...

 

 

 

 

 

 

Après des animations médiévales, c’est Jeanne elle-même qui a ouvert le défilé à cheval.
Cette année, sous les oriflammes aux couleurs de la pucelle d’Orléans, nous Caryatides, prenions place dans le cortège, au côté du CLAN et de nos camarades nationalistes.

Les slogans de « France, Jeunesse, Chrétienté » ou encore « Un père, une mère, une famille » retentissaient, ponctués par des « BLEU, BLANC, ROUGE, la France aux français ».

Encadrés par nos banderoles respectives, les drapeaux aux croix celtiques blanches sur fond bleu flottaient sous un soleil radieux.

 

Une fois arrivée sur la place ou la statue or de sainte Jeanne d’Arc domine l’assemblée, les discours débutent avec l’intervention de Mr Escada , président de CIVITAS, qui rappelle comment la foi de cette héroïne l’a mené à la victoire. Elle qui simple bergère, guidée par les voix de Saint-Michel-l’Archange, de Sainte-Catherine et Sainte-Marguerite,  s’est retrouvée à la tête d’une armée victorieuse qui bouta l’anglais hors des terres de France.

« Vous femmes de notre société française, venez trouver en elle cette « femme au cœur viril »  » (Pie XII)

Par la suite, l’abbé Beauvais, par sa présence et son discours, rappela que l’importance du catholicisme dans cette France décadente, à la merci des mondialistes et des islamistes. Il rappela aussi les fruits de ce laïcisme forcé, la négation du droit naturel, la dissolution de la famille. Il conclu par la nécessité d’unir la nation au socle du catholicisme. « Force-les de bâtir ensemble une tour et tu les changeras en frères. Mais si tu veux qu’ils se haïssent jette-leur du grain » enseignait St Exupéry.

Pour terminer selon ce que Saint Pie X disait à Monseigneur Touchet, évêque d’Orléans lors de la béatification de Sainte Jeanne d’Arc :
« Vous direz à vos compatriotes que s’ils aiment la France, ils doivent aimer Dieu, aimer la foi, aimer l’Eglise qui est pour eux tous, une mère très tendre comme elle l’a été de vos pères. Vous direz qu’ils fassent trésor du testament de Saint Rémi, de Charlemagne et de Saint Louis. Ces testaments qui se résument dans les mots si souvent répétés par l’héroïne d’Orléans : Vive le Christ qui est roi des Francs. »

Comments are closed.